Groupe UMP SENAT
Ordre du jour
Agenda
Rechercher
La lettre d'information
Spécificités du Sénat
Nos sénateurs
  Par noms
  Par départements
Europe
  Regards sur l'Europe
  Flash Europe
  Actualités Européennes
International
  Regards sur le monde
  Repères internationaux


Archives
Liens utiles
 
Accueil - Interventions en séance publique - Droits des malades et fin de vie

Intervention de Josselin de Rohan (Morbihan), Président du Groupe UMP au Sénat

explication de vote

Au terme de ce débat particulier, le rapporteur M. Dériot et la commission des Affaires sociales méritent notre respect et notre gratitude. Ils ont procédé à de nombreuses auditions sur ce problème douloureux qui en appelle à nos consciences.

Nous respectons tous les points de vue et entendu l’appel lancé par le ministre. Deux députés, Mme Morano pour l’U.M.P. et M. Gorce pour le Parti socialiste se sont concertés pour dépasser les clivages et déposer une proposition de loi commune. Au sein de la commission présidée par M. Leonetti, chacun a fait un effort pour aboutir à un texte consensuel. Ce texte, équilibré, a été voté à l’unanimité à l’Assemblée nationale. Le fait est suffisamment rare pour en tirer les conséquences. Je comprends la frustration de mes collègues qui pensent que le Sénat peut toujours améliorer un texte. Peut-être aurions-nous rédigé une proposition dont nous aurions eu l’initiative. L’important est de prendre en considération l’accord d’une partie de la représentation nationale. Le Sénat ne se déconsidère pas en le faisant. J’aurais préféré une large adhésion témoignant d’un accord du Parlement dans son ensemble sur ce texte.

Or, certains de nos collègues ont relancé le débat sur l’euthanasie, nous ne pouvions l’accepter. Aucun consensus n’était plus possible. Il eût été regrettable que le Sénat se distingue de l’Assemblée nationale car il ne serait pas resté grand-chose des navettes.

Ce vote constitue une étape. Ce texte aidera, il soulagera les médecins. Mon frère, réanimateur, y voit un progrès.

Il faut se réjouir que le débat ne soit pas rouvert à l’Assemblée nationale - comme certains le souhaiteraient - car la proposition est l’expression d’une large volonté.

Groupe UMP du Sénat© 2006 Mentions légales | Plan du site | Crédits