Débat d’orientation budgétaire

Le débat d’orientation budgétaire pour 2008 s’est déroulé hier, mardi 24 juillet. Il constitue traditionnellement le lancement des discussions sur le budget de l’année suivante. Ce premier débat d’orientation budgétaire de la législature doit permettre de tracer les perspectives des finances publiques pour l’année prochaine mais également les années suivantes.
  

Ce débat est l’occasion pour le gouvernement de présenter les grandes lignes de son projet de budget, qui sera soumis à l’automne aux assemblées, et plus largement de débattre sur les orientations des finances publiques et sur les solutions pour mieux gérer l’État.

Ces perspectives s’inscrivent dans le double cadre :
-   des engagements du Président de la République vis-à-vis des Français qui ont commencé à être mis en œuvre dans le cadre du projet de loi en faveur du travail, de l’emploi et du pouvoir d’achat et sont rappelés dans les lettres de mission adressées aux différents ministres.
-   des engagements de la France vis-à-vis de ses partenaires européens, tels qu’ils ont été réaffirmés par le Président de la République devant les ministres des Finances de la zone euro, le 9 juillet dernier.

La stratégie économique et budgétaire du gouvernement s’appuie sur deux piliers :
-   des mesures fiscales ambitieuses permettant de revaloriser le travail, de créer un choc de confiance et de relancer durablement la croissance ;
-   une maîtrise importante de la dépense publique permettant de réduire la dette publique et de préserver « l’équité intergénérationnelle », tout en améliorant l’efficacité de l’État et du secteur public.

Les enjeux budgétaires pour 2008 et les années suivantes apparaissent ainsi majeurs pour les trois acteurs principaux des finances publiques :
-   l’Etat qui doit poursuivre et accentuer ses réformes de structure, notamment grâce à la révision générale des politiques publiques ;
-   la Sécurité sociale qui doit mettre en place un nouveau plan de redressement de l’assurance maladie et faire face au défi du vieillissement de la population ;
-   les collectivités territoriales dont les règles d’indexation des concours de l’Etat pourraient être modifiées.

Sont intervenus dans la discussion générale : Philippe Marini (Oise), rapporteur général de la commission des Finances, Alain Vaselle (Oise), rapporteur de la commission des Affaires sociales chargé des équilibres financiers généraux de la Sécurité sociale, Henri de Raincourt (Yonne), Joël Bourdin (Eure), Serge Dassault (Essonne), Jean-Paul Virapoullé (La réunion), Bernard Murat (Corrèze)