Retraites : Alain Vasselle suggère de s’inspirer de l’expérience suédoise
Rapport rendu public le 11 juillet 2007


  

Considérant que la Suède a procédé à la plus ambitieuse et à la plus originale des réformes des retraites menées en Europe, Alain Vasselle, rapporteur, a entrepris, dans la perspective du rendez-vous de 2008 sur l’avenir du système français de retraite, l’étude du dispositif suédois.

Pour le rapporteur, ce régime présente quatre avantages majeurs :

-  il garantit un équilibre financier pérenne sur la base de taux de cotisations élevés mais stables,
-  il préserve l’équité entre les générations,
-  il assure une meilleure transparence de l’effort contributif des assurés sociaux suédois,
-  il accorde une pension minimum aux personnes âgées les plus modestes.

Alain Vasselle considère que ce système pourrait être transposé en France, dans la mesure où l’ancien système de retraite suédois est assez proche du régime général français. En effet, à partir d’un système classique de retraites par répartition à prestations définies, très proche à maints égards du régime général français, les Suédois ont progressivement basculé vers un mécanisme à cotisations définies. Ce système fait clairement porter l’ajustement entre dépenses et recettes sur l’âge de cessation d’activité des assurés, afin que la charge financière du régime ne soit plus reportée sur les générations futures.

Enfin, le rapporteur, a souligné la pertinence du cadre de réflexion global et prospectif des pouvoirs publics suédois : la France aurait aussi intérêt à appréhender l’avenir de la protection sociale dans sa totalité sur un horizon à très long terme , en envisageant les dépenses, les recettes, les besoins de financement de chacune des branches de la sécurité sociale, mais aussi la charge des politiques du handicap et de la dépendance. Il serait alors possible de déterminer la protection sociale à mettre en oeuvre, les priorités à dégager et les moyens financiers à mobiliser dans ces objectifs.