Aide sur la recherche

Groupe UMP du Sénat > Le groupe UMP > La vie du groupe > Compte-rendu de la réunion constitutive du Groupe UMP du Sénat
L'évènement
Compte-rendu de la réunion constitutive du Groupe UMP du Sénat
Revivez cette séance historique par le détail des interventions et de l'élection du Président du Groupe.
" La constitution de ce Groupe est à la fois une aventure et un défi. Nous devons nous écouter et nous enrichir de notre diversité. Il n'est pas question de rechercher l'uniformité, mais l'union." Ces quelques extraits des propos de M. Josselin de Rohan illustrent bien l'esprit qui a été celui des sénateurs fondateurs du nouveau groupe.

Paulette BRISEPIERRE, Sénateur des Français établis hors de France

Je suis, à la fois fière et émue, d'avoir l'honneur de présider le début de cette réunion, extrêmement importante pour chacune et pour chacun d'entre nous. Nous sommes tous conscients de l'importance de cette journée qui concrétise les décisions prises, parfois avec difficulté, mais en gardant toujours en tête le sens de l'intérêt général. Nous ne sommes pas en mesure de qualifier cette journée d'historique car c'est l'avenir seul qui en décidera. Et cet avenir, c'est à chacun d'entre nous de l'écrire avec une encre pleine de joie, de couleur et d'enthousiasme pour arriver à faire de cette réunion, tous ensemble, plus tard, une journée historique pour la politique française.

Aujourd'hui, nous commençons, mes chers amis, une nouvelle aventure. Or le mot aventure est grisant et quelque peu magique car il peut tout laisser espérer. En ce qui nous concerne, il est, à la fois, plein de rêves, mais également plein de points d'interrogation. Pour répondre positivement à ces interrogations, il nous faudra, tout à la fois, une dose d'idéalisme, de pragmatisme, de réalisme, mais également et surtout, un grand sens de l'intérêt général, de l'intérêt de la France et la volonté farouche de défendre nos valeurs communes, auxquelles nous sommes viscéralement attachés.

Ce ne sera pas toujours facile : l'aventure que nous allons vivre ensemble sera exigeante et nous avons le devoir de la réussir. Et cette réussite dépend, avant tout, de notre volonté et de la force de notre engagement. Le gouvernement rassembleur de notre Premier ministre Jean-Pierre Raffarin doit pouvoir compter sur toute notre énergie, sur notre volonté de réussir et sur notre capacité d'agir pour répondre à l'attente des Français.

Aujourd'hui, nous allons ensemble poser la première pierre de la construction de l'édifice UMP. Et les grands chantiers qui s'annoncent nécessiteront la mobilisation de notre volonté et de notre énergie. N'oublions cependant pas qu'une pierre, lorsqu'elle est seule, ne peut pas espérer être autre chose qu'une pierre. Cependant, lorsqu'elle s'assemble avec d'autres, elle peut construire la plus belle des cathédrales. C'est à nous, maintenant, à force de volonté, de solidité, dans notre union, que dépendra la construction finale qui fera de l'UMP une très grande aventure et une très grande victoire.

Déclaration de Josselin de ROHAN après son élection à la présidence du groupe UMP

Monsieur le président du Sénat, chers collègues et amis. Bien que le vote ne soit pas totalement dépourvu de surprises et bien qu'il ne soit pas une manifestation de centralisme démocratique, je souhaiterais vous remercier, très sincèrement et profondément de la confiance que vous nous avez faite et vous dire que nous sommes, à la fois, fiers et émus d'assumer la responsabilité importante qui nous échoit aujourd'hui.

Je voudrais aussi vous dire que nous avons conscience que cette responsabilité nous oblige. Nous sollicitons votre aide ainsi que celle, bienveillante, du président du Sénat : je sais que nous pouvons compter sur lui. Je souhaiterais apporter le témoignage de notre déférent attachement au président Monory dont la présence parmi nous est un atout extrêmement important. Son soutien nous sera précieux. Je suis chargé par le Président de la République, qui m'a appelé, de vous dire son amitié et sa confiance et tous ses encouragements dans la tâche qui est la nôtre. Il souhaitait que l'UMP soit constituée et que soit constitué un groupe parlementaire UMP à l'Assemblée et au Sénat. Aujourd'hui, c'est fait. Et je crois que nous pouvons partager sa satisfaction et sa fierté.

La naissance d'un groupe UMP est un événement pour le Sénat : c'est la première fois, dans l'histoire de la haute Assemblée, qu'il existe un groupe de cette importance. C'est la première fois également qu'un groupe atteint, dans cette Assemblée, la majorité absolue. Si nous sommes arrivés à ce résultat, c'est grâce à vous toutes et à vous tous. C'est grâce à la compréhension dont vous avez fait preuve : nous vous en remercions de tout cœur. Nous ne serons pas un groupe hégémonique, même si nous sommes un groupe dominant. Nous respecterons ceux qui n'ont pas fait le même choix que nous, mais qui demeurent dans la majorité présidentielle et parlementaire. Ils devront être traités avec toute la considération méritée. Etre conscient de sa force, c'est être avant tout conscient de ses devoirs.

Il est capital que le groupe soit un lieu de débats et d'échanges. La plus grande franchise doit régner entre nous. Et la diversité est une source de richesses, lorsqu'elle alimente le débat, mais elle est une source de faiblesse lorsqu'elle empêche la cohésion indispensable, à l'heure du choix. En effet, c'est dans ce dialogue constant entre les mandants et les mandataires, que la démocratie pourra s'affirmer et que nous pourrons éclairer le gouvernement et lui prodiguer des conseils et des avertissements.

Enfin, nous nous attacherons à rechercher le consensus, autant que faire se pourra : je crois qu'il s'agit d'une ardente obligation. Cependant, il arrive un moment où il faut choisir et le choix de la majorité doit être pleinement accepté par la minorité : c'est la règle même de la démocratie.

Nous sommes désormais membres d'un grand parti. Il s'agit également d'une nouveauté. Dans toutes les démocraties occidentales, existent des partis dominants, garants de la majorité et du fonctionnement de l'exécutif. Nous avons souhaité que la France cesse d'être une exception et que la droite et le centre puissent enfin constituer une grande formation, à l'image de ce qui existe en Espagne, en Italie, en Grande-Bretagne ou en Allemagne. Nous avions bien consciences que les vieux clivages qui trouvaient leurs justifications dans un passé parfaitement respectables ne pouvaient plus peser devant cette France moderne que nous devons construire aujourd'hui. Je crois que le quinquennat va profondément changer nos habitudes constitutionnelles. En effet, il est impératif que, face à une Assemblée élue pour cinq ans, le Président dispose d'une majorité lui permettant de conduire les réformes sur lesquelles il s'est engagé. Le Sénat ne peut pas être la réplique de la majorité de l'Assemblée Nationale, mais nous avons cependant des devoirs vis-à-vis de l'UMP et nous les assumerons. Nous nous attacherons à poursuivre, au mieux, notre travail de membres de la Haute Assemblée avec les habitudes qui sont les nôtres et dans le respect de notre règlement. Nous ne sommes pas des inconditionnels, nous n'avons pas à nous aligner, de fait, sur tout ce qui nous est proposé : il n'est pas question, parce que nous constituons l'UMP, de faire taire la force de propositions et d'initiatives qui est la nôtre. Nous savons les conditions dans lesquelles tout ceci doit s'opérer : dans un dialogue étroit et confiant avec le Gouvernement. Et l'on peut compter sur nous pour y travailler.

La constitution de ce Groupe est, à la fois, une aventure et un défi. C'est une entreprise originale : nous venons d'horizons différents, nous avons des pratiques différentes et nous sommes parfois même opposés. Mais nous avons, aujourd'hui, le devoir d'être très attentifs les uns aux autres. Nous devons nous écouter et nous enrichir de notre diversité. Il n'est pas question de rechercher l'uniformité, mais l'union. Avec les vices présidents délégués, avec le bureau qui va être constitué et avec les personnels administratifs, nous allons nous efforcer de donner à ce Groupe dynamique, cohérence, ouverture et convivialité. En effet, je souhaiterais reprendre, à ce propos, les mots de Paulette Brisepierre : le vrai ciment qui doit nous unir, c'est l'amitié. Et nous allons y travailler, tous les trois, singulièrement. Nous allons nous organiser et mieux faire connaissance les uns avec les autres : nous ferons de notre Groupe au Sénat, un groupe particulièrement dynamique et particulièrement solide.

Pour terminer mon propos, permettez-moi de citer un sage chinois : « le vrai sage n'est pas déterminé à agir ou à ne pas agir, c'est la convenance des choses qui le conduit ». Alors, ayons au cœur, ensemble, de traiter de la convenance des choses, afin de faire, ensemble, de grandes choses.

Chers amis, nous devons maintenant constituer notre bureau. Deux méthodes existent pour cela : le scrutin secret ou le vote à bulletin ouvert. Je pense que vous opterez pour la seconde solution. Je vais vous donner lecture de la liste des membres proposés par le bureau. Comme vice-président, est proposé Jean-Patrick Courtois, Gérard Dériot, Jean-Paul Emorine, Jean-François Poncet, Jean-Jacques Hyest, Roger Karoutchi, Jacques Legendre, Serge Lepeltier, Philippe Nachbar et Roger Romani. Comme membres du bureau : Jean-Paul Alduy, Pierre André, Jacques Baudot, Claude Belot, Paul Blanc, Paulette Brisepierre, Jean-Pierre Cantegrit, Gérard César, Gérard Cornu, Jacques Dominati, Alain Dufaut, André Ferrand, Hilaire Flandre, Gaston Flosse, Jean-Pierre Fourcade, Bernard Fournier, Patrice Gélard, Paul Girod, Charles Guené, Pierre Hérisson, Jean-François Humbert, Pierre Jarlier, Lucien Lanier, Patrick Lassourd, Dominique Leclerc, Jean-Louis Lorrain, Roland de Luart, Pierre Martin, Bernard Murat, Monique Papon, Michel Pelchat, Bernard Plasait, Jean Puech, Bernard Saugey, Jean-Pierre Schosteck et François Trucy.

Les membres du bureau du Sénat, les dignitaires du Sénat ainsi que les anciens présidents de groupes, sont membres de droit de notre bureau qui sera réuni, pour la première fois, la semaine prochaine.

La liste présentée pour la constitution du bureau est majoritairement adoptée.

Josselin de ROHAN

Je salue l'arrivée du Premier ministre.

Josselin de ROHAN

Monsieur le Premier ministre, nous sommes particulièrement fiers de vous accueillir pour cette première séance constitutive du Groupe UMP. Votre présence parmi nous est un encouragement, un signe d'amitié auquel nous sommes particulièrement sensibles. Nous sommes déterminés à être vos plus fervents soutiens dans l'action que vous menez de manière exemplaire. Nous ne ménagerons pas notre soutien qui s'associera à celui des Français. Nous savons également que vous serez à l'écoute de nos préoccupations, de nos suggestions et même de nos critiques. Mais comme vous êtes l'un des nôtres, nous savons que c'est en famille que toutes ces explications se produiront : vous serez toujours le bienvenu ici.

Jean-Pierre RAFFARIN

Je voulais, en quittant l'Assemblée nationale, montrer au Sénat, d'une part, à quel point j'étais heureux que vous puissiez ainsi avoir une organisation politique nouvelle qui corresponde à notre organisation politique dans l'ensemble du pays. Je voulais donc vous adresser un message d'amitié et féliciter votre président en le remerciant de tout ce qu'il a fait pour la majorité sénatoriale et pour cette union qui est si importante. Je félicite également les vice-présidents délégués qui sont autour de moi ainsi que l'ensemble des membres du bureau.

Je voudrais simplement dire au Président du Groupe UMP du Sénat qu'il pourra compter sur ma disponibilité personnelle et sur celle du Gouvernement pour l'aider dans le travail du Groupe. Nous avons, avec le Président de la République, une ligne politique qui est claire : nous avons des échéances qui sont tracées, nous avons une action sans ambiguïté. Notre tâche est claire et notre feuille de route répond aux aspirations des Français.

Les seuls problèmes et les seuls soucis ne peuvent venir que de nos divisions. Nous n'avons que des conditions de réussite, pour peu que nous sachions travailler ensemble et faire en sorte que les uns et les autres puissent s'inspirer du travail de chacun. Nous devons créer une dynamique positive de travail et surmonter les divisions. La défaite et les ennuis ne peuvent venir que de nous-mêmes et ils ne viennent que de nous-mêmes. Pour le reste, il ne s'agit que de méthodes de travail, d'attention aux autres, de respect des cultures, de respect de la connaissance du terrain et de la bonne organisation de nos méthodes de travail. Nous ne devons pas être entêtés dans nos décisions, mais être coopératifs dans l'élaboration de ces décisions.

Nos méthodes de travail doivent nous permettre d'anticiper les difficultés : ceci signifie de travailler en amont. Monsieur le Président, je veux vraiment vous assurer de ma disponibilité pour que nous inventions les méthodes de travail qui permettront de travailler de manière positive afin que vos idées, issues du terrain, puissent entrer dans l'action gouvernementale.

La situation politique actuelle du pays n'est pas mauvaise : nous avons une situation clairement perçue par les Français autour de nos priorités. Tout ce qui concerne l'autorité républicaine est perçu de manière positive. Il existe nombre de faux débats, mais la plupart des Français entendent bien qu'il n'y a ni liberté ni initiative sans sécurité.

J'ajouterai que nous avons un certain nombre de rendez-vous sociaux : ce sont des rendez-vous très importants, notamment tout ce qui va concerner les retraites. Je voudrais vous donner une information significative. Ce qui est en train de se passer à EDF est, pour nous, très important. Nous sommes en passe de signer un accord qui anticipe notre propre réforme, qui est compatible avec ce que nous voulons faire et qui constitue une véritable étape dans la mesure où la CGT et la CFDT ont signé avec la direction. Nous devrions donc être en mesure de répondre aux attentes des Français si nous savons bien travailler ensemble.

Maintenant que vous disposez d'une organisation de travail nouvelle, l'essentiel est de faire en sorte que notre organisation parlementaire et que notre organisation gouvernementale soient suffisamment bien articulées pour que les problèmes apparaissent assez tôt afin que nous puissions ensemble les surmonter. Nous devons suivre les mêmes objectifs et nous battre pour les mêmes causes.

Je vous remercie de vous être rassemblés. Je sais que dans la tradition du Sénat, les choses n'étaient pas simples et je remercie le Président du Sénat pour avoir usé de sa diplomatie pour rendre cette dynamique unitaire possible. Merci à chacune et à chacun d'entre vous : il y a des moments où il faut savoir faire des gestes décisifs. Cela participe de la modernisation de la vie politique et il est important que le Sénat puisse marcher au rythme auquel marche l'ensemble de la majorité. Je vous en remercie très sincèrement. Merci Monsieur le Président. Je vous redis à quel point vous pouvez compter sur mon amitié et sur mon dévouement à notre action commune.

Josselin de ROHAN

Merci Monsieur le Premier ministre. Avant de vous rendre votre liberté à toutes et à tous, je vous demande de noter que nous nous réunirons mardi prochain, à nouveau, pour la dernière réunion de l'année. Ce sera l'occasion de vous dire la façon dont le Groupe s'organisera et de vous faire part des premières décisions prises dans ce domaine. Je vous remercie.



LES PLUS LUS :

La liste des 162 sénateurs UMP par ordre alphabétique 100%
Liste par département 66%
Le bureau 63%
Contact 51%
Logement : propositions d'un sénateur pour un retour à l'équilibre. 39%
Loi de finances rectificative pour 2002 37%
L'audace réformatrice au service de l'avenir de la France 36%
RMI-RMA 30%
La déclaration 27%
Bioéthique 25%

Site réalisé par Localeo GROUPE UMP DU SÉNAT | ADMIN