Groupe UMP SENAT
Ordre du jour
Lire aussi
Henri de Richemont - Décharge horaire des enseignants
Jean-François Humbert - Fraude aux Assedic
Ladislas Poniatowski - Situation en Corée du Nord
Agenda
Rechercher
La lettre d'information
Spécificités du Sénat
Nos sénateurs
  Par noms
  Par départements
Europe
  Regards sur l'Europe
  Flash Europe
  Actualités Européennes
International
  Regards sur le monde
  Repères internationaux


Archives
Liens utiles
 
Accueil - Archives - Questions d’actualité - Session 2006 - 2007 - Jeudi 19 octobre 2006
Question de Christian Demuynck - Sénateur de la Seine-Saint-Denis

Christian Demuynck - Durcissement des peines à l’encontre des auteurs de violences à l’égard des policiers

Christian Demuynck :

Ma question s’adresse à M. le garde des sceaux.

Il y a près d’un an, la France connaissait une vague de violences urbaines qui avait, hélas ! pour origine mon département, la Seine-Saint-Denis.

À l’heure de ce triste anniversaire, je voudrais tout d’abord dénoncer l’irresponsabilité de certains qui jouent les pyromanes.

Je pense notamment à une forme de presse qui donne dans le sensationnel.

La société se complexifie et chacun a le devoir de contribuer à l’apaisement en n’attisant pas les tensions et en ayant un comportement responsable. Car, ne nous y trompons pas, la situation reste délicate. J’en veux pour preuve les heurts quotidiens entre certains délinquants et les forces de l’ordre. Le guet-apens d’Épinay-sur-Seine, où trois policiers de la brigade anti-criminalité ont été agressés par une trentaine d’individus, nous le rappelle amèrement.

Je profite d’ailleurs de l’occasion qui m’est offerte pour rendre hommage au préfet Jean-François Cordet, à l’ensemble du corps préfectoral et aux policiers de Seine-Saint-Denis, qui font un travail remarquable dans des conditions extrêmes. Nous devons les aider et les soutenir.

À ce titre, la meilleure coordination des services de l’État dans la lutte contre la délinquance, qui est souhaitée par le Premier ministre, implique peut-être d’abord que notre police se sente soutenue par chacun d’entre nous, par la population et par la justice.

À la suite de cet acte d’une sauvagerie et d’une perversité malheureusement de moins en moins rares, le parquet de Bobigny a ouvert une information judiciaire pour tentative de meurtre aggravée avec préméditation.

Monsieur le garde des sceaux, que comptez-vous faire concrètement pour que, à l’instar de cette procédure, un durcissement systématique des sanctions soit mis en place à l’égard de ceux qui s’en prennent aux forces de l’ordre ?

La réponse de Pascal Clément, garde des sceaux, ministre de la justice.

Monsieur le sénateur, vous êtes ô combien légitime pour poser une telle question et je suis sûr que toute la France se la pose également.

En effet, trois membres de la police ont été attendus par une bande organisée, armée et cagoulée.

L’un d’entre eux a eu une fracture de la mâchoire et les autres sont gravement blessés, avec plus de huit jours d’interruption temporaire de travail. Dans ces conditions, je me demande bien qui peut encore penser que nous pouvons rester sans réagir.

Le Président de la République a souhaité que de telles bandes organisées et armées soient poursuivies avec la plus grande fermeté.

En outre, le Premier ministre m’a demandé de déposer un amendement au projet de loi relatif à la prévention de la délinquance tendant à créer une infraction spécifique de violence armée en bande organisée.

Désormais, de telles violences seront passibles d’un quantum de peine non plus de dix ans, mais de quinze ans d’emprisonnement. Nous passerons, en termes de qualification, d’un délit à un crime.

Dès lors, tous ceux qui oseront tendre des guets-apens aux forces de l’ordre sauront qu’ils pourront se retrouver devant une cour d’assises.

Nous espérons ainsi que la gravité de la menace judiciaire aura une valeur dissuasive.

Par ailleurs, je souhaite également aggraver les sanctions en matière de rébellion, en faisant passer le quantum de peine applicable de six mois à un an d’emprisonnement : cette aggravation des peines permettra notamment d’appliquer aux mineurs ayant commis des faits de rébellion la nouvelle procédure de présentation immédiate que le projet de loi relatif à la prévention de la délinquance tend à instituer.

Cette mesure est d’ailleurs demandée par les forces de l’ordre.

Enfin, je souhaite que ceux qui appellent à l’émeute et qui incitent les habitants à s’opposer à l’action de la police puissent être sanctionnés d’une peine d’emprisonnement de deux mois, et non plus d’une simple peine d’amende, ce qui permettra de les placer en garde à vue.

Telles sont les mesures de sévérité que nous proposerons dans le projet de loi relatif à la prévention de la délinquance. Cela prouve notre détermination et le soutien que la société française apporte aux forces de l’ordre dans certains quartiers qui deviennent insupportables parce que la loi de la République n’y est plus respectée.

Enfin, dans les jours qui viennent, je donnerai des instructions d’une grande fermeté aux parquets généraux, afin que ces jeunes en bandes organisées et armés soient poursuivis, présentés le plus vite possible à la juridiction de jugement et fassent l’objet de réquisitions de la plus grande fermeté.

Groupe UMP du Sénat© 2006 Mentions légales | Plan du site | Crédits