Groupe UMP SENAT
Ordre du jour
Lire aussi
André Ferrand - La Palestine et le Hamas
Alain Vasselle - Organisation mondiale du commerce (OMC)
Dominique Mortemousque - Tabac
Agenda
Rechercher
La lettre d'information
Spécificités du Sénat
Nos sénateurs
  Par noms
  Par départements
Europe
  Regards sur l'Europe
  Flash Europe
  Actualités Européennes
International
  Regards sur le monde
  Repères internationaux


Archives
Liens utiles
 
Accueil - Archives - Questions d’actualité - Session 2005 - 2006 - Jeudi 13 avril 2006
Question de Ladislas Poniatowski, sénateur de l’Eure

Ladislas Poniatowski - Réglementation des brocantes

Ladislas Poniatowski :

Ma question s’adresse à M. le ministre des petites et moyennes entreprises, du commerce, de l’artisanat et des professions libérales.

Elle devrait détendre l’atmosphère puisque je souhaite venir au secours des foires à tout, des vide greniers et des petites brocantes de quartier, qui sont menacés, je le rappelle, par un texte législatif présenté par le ministre des petites et moyennes entreprises, du commerce, de l’artisanat et des professions libérales et adopté par la Haute Assemblée en août 2005.

Vous le savez, mes chers collègues, les foires à tout constituent un vrai phénomène de société, puisque près de 50 000 ont lieu chaque année dans nos quartiers et dans nos communes rurales.

Elles sont très souvent un rendez-vous vital pour nos petites communes, puisque les comités des fêtes les organisent lors de la foire annuelle. Elles constituent un moment de rencontre et de convivialité. Par ailleurs, elles sont très souvent importantes pour nos associations sportives et caritatives, car il s’agit de l’unique occasion de percevoir des recettes leur permettant de fonctionner et de défendre leurs intérêts.

Or, mes chers collègues, le texte législatif que nous avons adopté a malheureusement eu pour résultat de limiter le nombre de participations des particuliers à ces foires à tout et de limiter les zones géographiques dans lesquelles les particuliers peuvent participer à ces manifestations. Pourquoi ?

Notre objectif était noble. Nous voulions protéger les brocanteurs professionnels, qui sont des commerçants déclarés, qui paient des taxes professionnelles, contre les tricheurs. Les tricheurs sont de faux particuliers qui achètent des lots entiers d’objets et qui les revendent non pas dans une ou deux foires à tout, mais dans des dizaines d’entre elles. Nous sommes tout de même un peu passés à côté de notre objectif.

Ne défendez pas les tricheurs ! En effet, ces derniers sont toujours là, ils sont présents partout. Nous n’avons pas réussi à défendre les professionnels et nous avons lésé les organisateurs que sont nos associations locales et nos comités des fêtes.

Monsieur le ministre, ma question est simple. Ce n’est pas par des décrets d’application que nous allons régler le problème ; il faut modifier la loi, l’amender. Qu’avez-vous l’intention de faire en la matière ?

Henri Cuq, Ministre délégué aux relations avec le Parlement :

Monsieur Poniatowski, je vous remercie de votre question. Si vous le permettez, je voudrais y apporter une précision.

Vous avez indiqué qu’une disposition législative adoptée à l’occasion de l’examen d’un texte voté par l’Assemblée nationale et le Sénat en faveur des PME créait une certaine confusion et engendrait des difficultés s’agissant notamment du périmètre géographique des ventes à la brocante et singulièrement de l’installation des particuliers qui souhaitent y participer.

Il s’agit souvent, en la circonstance, de ventes organisées par des associations locales dont les animateurs se dévouent sans compter pour le bien de leur commune et pour trouver des ressources.

Je voudrais, monsieur le sénateur, vous préciser que cette disposition législative résulte d’un amendement parlementaire. Cet amendement, une fois voté, a valeur de loi, et la loi s’applique.

En conséquence, la disposition en cause ne peut être modifiée que par la loi.

Pour répondre simplement à votre question, je vous indique que M. Renaud Dutreil a engagé une concertation, qui doit permettre, dans les prochaines semaines de régler le problème, notamment en ce qui concerne la limitation géographique. C’est bien par voie législative que sera apportée la solution.

Groupe UMP du Sénat© 2006 Mentions légales | Plan du site | Crédits