Groupe UMP SENAT
Ordre du jour
Lire aussi
Pierre Jarlier - Télévison numérique terrestre
Josselin de Rohan - Blocage des universités
Agenda
Rechercher
La lettre d'information
Spécificités du Sénat
Nos sénateurs
  Par noms
  Par départements
Europe
  Regards sur l'Europe
  Flash Europe
  Actualités Européennes
International
  Regards sur le monde
  Repères internationaux


Archives
Liens utiles
 
Accueil - Archives - Questions d’actualité - Session 2005 - 2006 - Jeudi 23 mars 2006
Question d’actualité de Gérard Longuet, sénateur de la Meuse

Gérard Longuet - Rapprochement des caisses d’épargne et des banques populaires

Gérard Longuet :

Les présidents de deux grands réseaux bancaires coopératifs ont annoncé publiquement leur intention de fusionner leurs activités métiers.

Ils exercent ainsi librement leur présidence respective. Pour autant, ni l’État ni les collectivités locales ne peuvent être indifférents à cette décision : l’État, parce qu’il en est indirectement, par le biais de la Caisse des dépôts et consignations, le principal actionnaire ; les collectivités locales, en tant que partenaires principalement de la Caisse nationale des caisses d’épargne.

Monsieur le ministre, je souhaiterais connaître votre sentiment sur trois questions simples.

Premièrement, dans un pays fortement bancarisé tel que le nôtre, la coexistence et le maintien de deux réseaux - dans l’hypothèse de cette fusion - posent-ils problème ? Avez-vous des informations en la matière ?

Deuxièmement, toujours dans l’hypothèse de la fusion des deux métiers et du rapprochement des deux réseaux, qu’adviendrait-il du livret A et des produits d’épargne de la Caisse nationale de prévoyance, la CNP, qui sont distribués par La Poste et par le réseau des caisses d’épargne ?

Troisièmement, et cette question est peut-être la plus importante, quel doit être selon vous le rôle de la Caisse des dépôts et consignations, qui, quoiqu’elle dispose d’une arme de dissuasion, à savoir le droit de veto, souhaitera certainement retirer de l’opération des plus-values importantes, plutôt que d’être diluée dans le nouvel ensemble et en rester un partenaire somme toute marginal ?

Monsieur le ministre, dans le temps qui nous sépare de la décision définitive, quelles réflexions vous inspire cette annonce des présidents des deux réseaux coopératifs ?

Thierry Breton, ministre de l’économie, des finances et de l’industrie :

Monsieur le président, mesdames, messieurs les sénateurs, monsieur Longuet, effectivement, les groupes Caisse d’épargne et Banque populaire ont fait connaître à leurs organes sociaux respectifs leur souhait de mettre à l’étude non pas la fusion de leurs réseaux - c’est une réponse à votre question -, mais la fusion de leurs activités de banque de financement et d’investissement.

Ces décisions sont aujourd’hui à l’étude au sein de ces organes sociaux.

Du reste, peu de temps après cette annonce, j’ai moi-même reçu les présidents de ces deux institutions financières pour leur indiquer que je considérais, en tant que ministre de l’économie et des finances et gardien de la place, qu’il était indispensable que l’analyse et l’étude qui seront menées préalablement à toute décision respectent scrupuleusement la gouvernance et les institutions financières. Cela vaut particulièrement pour le groupe Caisse d’épargne, dont la CDC est actionnaire à hauteur de 35 % et dans lequel la Caisse dispose de droits spécifiques, ainsi que vous l’avez rappelé. Il est indispensable que les administrateurs représentant la CDC, comme tous les autres administrateurs, d’ailleurs, aient le temps d’étudier la totalité de ce projet.

Cela étant dit, l’étude prendra un certain temps en raison de la complexité de l’opération. Il s’agit de fusionner non pas les réseaux bancaires, qui disposent chacun de trois millions de sociétaires, mais uniquement les banques métiers. La décision éventuelle de fusion sera soumise à l’approbation du conseil de chacune de ces deux institutions, probablement pas avant le mois de juin.

Puisque la Caisse des dépôts et consignations est chargée de la préservation des intérêts patrimoniaux qui lui ont été confiés, l’État veillera à ce qu’elle puisse disposer de l’ensemble des informations nécessaires pour prendre la décision qu’elle estimera devoir prendre. Bien entendu, le Parlement en sera tenu informé.

Nous veillerons à ce que tout se déroule correctement. Je ne doute pas que le temps d’une nécessaire réflexion sera respecté et que la décision qui sera prise sera la bonne, dans l’intérêt des actionnaires de ces deux institutions financières.

Groupe UMP du Sénat© 2006 Mentions légales | Plan du site | Crédits