Groupe UMP SENAT
Ordre du jour
Lire aussi
La course à l’Arctique
L’axe Damas-Téhéran
Les diasporas indiennes dans le monde
Les tensions religieuses de l’Inde au 21ème siècle
Agenda
Rechercher
La lettre d'information
Spécificités du Sénat
Nos sénateurs
  Par noms
  Par départements
Europe
  Regards sur l'Europe
  Flash Europe
  Actualités Européennes
International
  Regards sur le monde
  Repères internationaux


Archives
Liens utiles
 
Accueil - International - Repères internationaux
Mars 2006

La position de Téhéran

André Dulait, Vice-président délégué du Groupe UMP, sénateur des Deux-Sèvres a reçu, le 2 février, à sa demande, le chargé d’affaires de l’Iran qui est venu exposer le point de vue officiel de son Gouvernement concernant la crise actuelle.

A cet égard, les principales thèses de Téhéran sont les suivantes :

o L’Iran est confronté à un déficit actuel et qui ira en augmentant en matière d’énergie, en raison de l’augmentation prévisible de sa population qui, d’ici vingt ans, atteindra les cent millions.

o L’épuisement prévisible des réserves de pétrole et de gaz conduit les autorités iraniennes à envisager l’accès au nucléaire civil en vue de pouvoir continuer à soutenir le développement économique du pays.

o Le remplacement de l’énergie fossile par les énergies nucléaires n’a que pour seul objectif les réalités d’ordre économique à l’exclusion de tout aspect militaire.

o A l’appui de cette affirmation, le chargé d’affaires a fait valoir et excipé la fatwa (décret religieux) du Gardien de la Révolution dans laquelle l’accès à l’arme nucléaire est en opposition absolue avec les principes de l’islam.

o L’insistance sur la finalité purement civile du projet nucléaire a été corroborée par l’affirmation selon laquelle le nucléaire militaire n’a pas sa place dans la stratégie de défense actuelle de l’Iran.

o En réponse à ces assertions, il a été demandé la communication du décret religieux et d’autre part il a été suggéré que ces positions officielles soient portées à la connaissance des médias occidentaux ainsi que des membres du Parlement.

o En dernier lieu, la nécessité actuelle de la signature d’un traité garantissant le non accès au nucléaire militaire et le maintien au nucléaire civil des programmes iraniens a été indiquée comme une possibilité de sortie de crise.

Groupe UMP du Sénat© 2006 Mentions légales | Plan du site | Crédits