Groupe UMP SENAT
Ordre du jour
Lire aussi
Serge Dassault - Rétablissement de l’autorité parentale
Gérard Dériot - Services publics en milieu rural
Agenda
Rechercher
La lettre d'information
Spécificités du Sénat
Nos sénateurs
  Par noms
  Par départements
Europe
  Regards sur l'Europe
  Flash Europe
  Actualités Européennes
International
  Regards sur le monde
  Repères internationaux


Archives
Liens utiles
 
Accueil - Archives - Questions d’actualité - Session 2005 - 2006 - Jeudi 17 novembre 2005
Question d’actualité de Michel Houel, sénateur de Seine-et-Marne

Michel Houel - Service civil volontaire

Michel Houel :

Monsieur le président, monsieur le Premier ministre, mesdames, messieurs les ministres, mes chers collègues, face aux violences urbaines des dernières semaines, il fallait qu’un message à la fois ferme et juste se fasse entendre.

Lundi dernier, le Président de la République, dans une déclaration aux Français, a clairement répondu aux attentes, aux interrogations et aux peurs de nos concitoyens.

Pour résoudre les difficultés que traverse notre pays, il est impératif d’allier non seulement la volonté de maintenir l’ordre public, la justice et le respect de la loi, mais aussi les principes d’humanité et de solidarité qui sont le ciment de notre pacte républicain.

La mesure phare qu’a évoquée le Président de la République dans sa déclaration est la création d’un service civil volontaire, dispositif associant accompagnement et formation, dont pourraient bénéficier 50 000 jeunes en 2007.

Il s’agit d’une initiative forte, qui constitue une réponse concrète non seulement aux attentes des jeunes qui souhaitent s’engager dans des actions civiques, mais aussi aux besoins de la société puisque ces volontaires assureront des tâches nécessaires à la vie de la collectivité.

Nous estimons qu’une telle mesure constitue un instrument de cohésion sociale et un facteur d’intégration en ce qu’elle permettra d’accroître le brassage social et de favoriser le plein exercice de la citoyenneté.

Elle renforcera également les liens entre les générations et contribuera efficacement au développement des associations présentes dans les quartiers en difficulté. Bref, il s’agit d’une excellente mesure, que nous avons la ferme intention de défendre.

A nos yeux, il est en effet fondamental que chaque Française et chaque Français, quelle que soit son origine, se sentent membres à part entière de la communauté nationale.

Monsieur le Premier ministre, quelles seront les modalités de mise en oeuvre de cette mesure ?

Dominique de Villepin, Premier ministre :

Monsieur le sénateur, face à l’épreuve, il y a, comme toujours, plusieurs solutions.

Il y a la division, l’incantation, la recherche de boucs émissaires.

Et puis il y a la mobilisation et l’action.

Eh bien, la démocratie française a montré que, dans l’épreuve, elle était capable de trouver des réponses. C’est bien l’action qui doit être au rendez-vous !

Le Gouvernement a fait des propositions dans les domaines de l’emploi, du logement et de l’éducation.

Le Président de la République a fixé un cap.

Il a exprimé l’exigence de renouveler le lien social dans notre pays en proposant un service civil volontaire ouvert à tous les jeunes âgés de seize ans à vingt-cinq ans.

Nous avons aujourd’hui deux priorités.

La première est de transmettre nos valeurs républicaines, et nous devons d’ailleurs donner l’exemple. Il s’agit des valeurs de respect de tolérance et d’écoute de l’autre !

Il est souhaitable que, partout sur le territoire, ces valeurs, qui sont incarnées par la Haute Assemblée, puissent s’illustrer en toutes circonstances.

Notre seconde priorité est d’offrir aux jeunes une formation et un soutien.

Dans ce domaine, il faut appuyer les efforts de tous ceux qui ont besoin d’être soutenus, car il est essentiel que chacun puisse avoir sa chance et sa place.

Le service civil volontaire, nous le voulons immédiatement opérationnel.

C’est pour cette raison que nous nous appuyons sur ce qui existe déjà, en fédérant les Cadets de la République, le plan « Défense deuxième chance », le volontariat associatif, qui ont fait la preuve de leur efficacité. A nous, désormais, de créer le cadre qui permettra véritablement de donner corps à ce service civil volontaire.

Notre démarche se veut donc à la fois pragmatique et ambitieuse.

Il faut une règle commune pour l’ensemble des jeunes qui aspirent à ce service civil volontaire. Il reviendra à l’Agence de la cohésion sociale et de l’égalité des chances de le piloter. Chaque jeune aura droit à une formation citoyenne commune. Chaque jeune aura droit à un accompagnement personnalisé qui lui permettra de surmonter les difficultés. Chaque jeune pourra se voir délivrer un brevet de service civil.

Notre objectif, ce sont 30 000 jeunes en 2006, 50 000 en 2007. Nous atteindrons cet objectif, car nous voulons permettre à chaque talent de s’exprimer.

Je veillerai donc à ce que, dans le budget pour 2007, les moyens nécessaires soient consacrés au service civil volontaire, cette grande ambition autour de laquelle nous devons tous nous rassembler.

Groupe UMP du Sénat© 2006 Mentions légales | Plan du site | Crédits