Groupe UMP SENAT
Ordre du jour
Lire aussi
Le bureau du groupe
Agenda
08 Novembre 2007 :
Le Sénat débat des prélèvements obligatoires et de leur évolution
08 Novembre 2007 :
Conférence de presse relative à la taxe sur le chiffre d'affaires des exploitants agricoles
Rechercher
La lettre d'information
Spécificités du Sénat
Nos sénateurs
  Par noms
  Par départements
Europe
  Regards sur l'Europe
  Flash Europe
  Actualités Européennes
International
  Regards sur le monde
  Repères internationaux


Archives
Liens utiles
 
Accueil - Organisation du Groupe

Manifeste

Déclaration politique du groupe UMP du Sénat

Unis autour du Président de la République et du Gouvernement, nous, Sénateurs soussignés, avons décidé de nous réunir et de conjuguer nos efforts au sein du groupe Union Pour un Mouvement Populaire (UMP) du Sénat.

Attachés aux valeurs de liberté, de responsabilité, de solidarité, de dignité et de tolérance, nous entendons placer l’homme au cœur de notre action et travailler en harmonie dans le respect de la liberté d’expression, de la liberté de vote.

Membres de la majorité présidentielle, nous voulons être une force de propositions et d’actions afin de traduire dans la Loi les engagements pris devant les Français lors des dernières élections présidentielle et législatives.

Pour restaurer l’autorité de l’Etat et rétablir la sécurité des Français.

Parce que la sécurité est la première des libertés, parce que la violence frappe d’abord les plus démunis, nous agirons pour renforcer et coordonner les moyens mis à la disposition de la police, de la gendarmerie, des douanes et de la justice, maillons indissociables de l’Etat de droit. Convaincus qu’il ne saurait y avoir de liberté sans responsabilité, ni de droits sans devoirs, nous oeuvrerons pour que la sanction se décline avec la prévention et la réparation.

Garant de l’intégrité du territoire, l’Etat doit assurer la sécurité à l’extérieur nos de frontières et remplir les engagements de la France à l’égard de ses alliés. Attachés à l’indépendance nationale, nous soutiendrons toutes les mesures visant à donner à la France les moyens de son action militaire et diplomatique en Europe et dans le monde.

Face aux nouvelles menaces pesant sur la santé, l’alimentation et l’environnement, nous souhaitons que l’Etat agisse de concert avec les instances communautaires et internationales afin d’harmoniser les règles et de protéger les populations.

Dans un pays régi par plusieurs dizaines de milliers de lois et de règlements, nul n’est aujourd’hui en mesure de connaître la loi. Quand trop de lois tuent la loi, nous agirons au contraire pour en réduire le nombre, en simplifier le contenu, et veiller à un meilleur équilibre entre la loi et le contrat. Ainsi garantirons-nous mieux la sécurité juridique de nos concitoyens.

Pour une France mieux gouvernée et moins administrée

Un Etat omnipotent est un Etat impuissant. Pour être efficace, l’Etat doit recentrer son action sur ses grandes missions : c’est la réforme globale de la décentralisation.

Représentant des collectivités territoriales, le Sénat est le garant naturel des libertés locales et de l’équilibre entre les territoires. Profondément attachés au bicamérisme, nous souhaitons promouvoir ce rôle spécifique du Sénat inscrit dans la Constitution. Nous voulons participer au grand mouvement de décentralisation voulu par le Gouvernement pour rapprocher le pouvoir du citoyen, accroître l’efficacité des services publics, et enraciner la démocratie.

Notre action doit conduire à renforcer le principe de libre administration des collectivités territoriales qui suppose leur autonomie fiscale et financière. Elle doit aussi contribuer à une répartition claire des responsabilités et des moyens en tenant compte des exigences de l’aménagement du territoire et de la construction européenne.

Décentraliser, c’est aussi inciter nos concitoyens à ne pas tout attendre de l’Etat et à s’engager eux-mêmes au service des autres. Dans cet esprit, nous veillerons à améliorer les conditions d’exercice des mandats locaux et à garantir l’égalité d’accès des Français aux mandats électifs.

Pour libérer les énergies créatrices

Avant de redistribuer les richesses, il faut les créer. Ce sont les entreprises et non l’Etat qui créent la richesse et l’emploi, sources de progrès social.

La politique conduite doit inciter plutôt que contraindre. Elle doit réhabiliter la liberté d’entreprendre en favorisant la création, le développement et la transmission des entreprises. Elle doit réduire les impôts et les charges pour accompagner l’activité économique et inciter à l’embauche.

Loin d’avilir la personne, le travail contribue à sa dignité, à son identité et à son épanouissement. Plutôt que d’encourager l’inactivité ou l’assistanat, la politique que nous appelons de nos vœux doit valoriser le travail en permettant à ceux qui travaillent plus de gagner plus, et en favorisant la formation tout au long de la vie.

Pour baisser les impôts, il faut maîtriser les dépenses. Nous attendons de l’Etat qu’il montre l’exemple en réduisant les dettes et les déficits publics qui grèvent l’avenir des jeunes générations.

Pour renouer le lien social

Quand la Nation s’est érigée sur une communauté de destins, nous ne nous résignons pas à voir notre pays devenir une mosaïque d’individus, de minorités, de communautés et de corporatismes. Cette France individualiste n’est pas la nôtre. C’est pourquoi nous devons renouer le lien social.

La solidarité se vit dans toutes les sphères de la société : services publics dont l’accès doit être garanti à tous, solidarité entre les territoires.

De même, si nous sommes attachés à la famille, c’est parce qu’elle implique tout à la fois le don de soi, l’espérance de construire ensemble quelque chose de durable, et la responsabilité partagée des adultes à l’égard de l’enfant. C’est la raison pour laquelle nous défendons une politique qui reconnaisse la place de la famille et encourage le rôle des parents.

Renouer le lien social, c’est également garantir la retraite par répartition qui manifeste la solidarité entre les générations et permettre à tous les Français de constituer une épargne individuelle telle qu’en bénéficient déjà les fonctionnaires. C’est veiller à un aménagement équilibré et durable en préservant le lien entre les territoires, les populations et les services publics.

Nous pensons enfin que l’école doit être le creuset de l’intégration en permettant à chaque enfant, quelle que soit son origine, de s’épanouir au mieux de ses capacités, de ses talents et de ses handicaps. Elle doit permettre à ceux que leurs mérites distinguent d’exercer les responsabilités les plus élevées.

Pour une France rayonnante en Europe et dans le monde

Projeté dans la mondialisation, notre pays a le choix entre la volonté et la soumission. Sachons saisir cette opportunité sans renoncer à ce qui fait l’âme de notre pays. Dans cet esprit, nous soutiendrons toutes les initiatives du Président de la République pour faire entendre la voix de la France en Europe et dans le Monde.

Par l’action des Sénateurs représentant les Français de l’étranger et les relations qu’il entretient avec les parlements étrangers, le Sénat doit lui aussi contribuer au rayonnement politique, économique et culturel de la France dans le Monde.

La France est notre patrie. La nation républicaine fonde notre identité commune. Elle est riche d’une histoire dont nous sommes fiers. Mais, l’Europe est notre chance. Nous souhaitons une Europe plus proche du citoyen, plus démocratique dans son fonctionnement. Une Europe synonyme de paix et de prospérité et de partage pour les générations futures.

De la réforme des institutions européennes, nous attendons qu’elle donne à la France et à ses partenaires les moyens de mieux maîtriser la mondialisation et de mieux protéger nos concitoyens contre les menaces extérieures.

Au cœur de notre engagement, il y a l’autonomie et l’égale dignité, fondements de la personne humaine. Quand des continents souffrent de la famine, de la guerre ou du sous-développement, nous pensons que pour eux, notre pays doit avoir une grande ambition. Le message universaliste de la France doit être entendu et se traduire par des actes. C’est pourquoi nous attendons de l’Etat qu’il engage une politique de coopération et d’aide au développement à la mesure des enjeux.

***

Tel est le sens que nous souhaitons donner à notre action pour restaurer le pacte républicain et redonner confiance aux Français.

Groupe UMP du Sénat© 2006 Mentions légales | Plan du site | Crédits