Groupe UMP SENAT
Ordre du jour
Lire aussi
Monopole sur les jeux d’argent : la France joue gros
La hausse des cours des matières premières agricoles
Eurobaromètre : les Européens souhaitent une amélioration de la mobilité
Disparités des salaires entre les hommes et les femmes
Agenda
Rechercher
La lettre d'information
Spécificités du Sénat
Nos sénateurs
  Par noms
  Par départements
Europe
  Regards sur l'Europe
  Flash Europe
  Actualités Européennes
International
  Regards sur le monde
  Repères internationaux


Archives
Liens utiles
 
Accueil - Europe - Flash Europe

Vers un taux de jachère obligatoire de 0%

La Commission européenne a proposé, le 13 septembre dernier, de fixer à 0 % le taux de mise en jachère obligatoire pour les semis de l’automne 2007 et ceux du printemps 2008, en réaction à la situation de plus en plus tendue sur le marché des céréales.

En effet, le marché des céréales connaît actuellement des prix historiquement élevés. La récolte 2006 a été moins abondante que prévu en raison de mauvaises conditions climatiques. Les stocks d’intervention se sont considérablement réduits au cours de la campagne 2006/2007, passant de 14 millions à environ 1 million de tonnes.

De plus, on estime que la récolte de céréales 2007 devrait se situer en deçà du niveau de l’année dernière en raison du temps sec et exceptionnellement chaud du mois d’avril suivi, dans les États membres de l’Ouest de l’Union, par de mauvaises conditions climatiques estivales et, dans les pays du Sud-Est européen, par la sécheresse et des vagues de chaleur. Cette situation se traduira vraisemblablement par la poursuite de la réduction des stocks de céréales privés de l’Union européenne d’ici à la fin de la campagne de commercialisation 2007/2008.

Les terres actuellement concernées par la mise en jachère obligatoire dans l’Union européenne représentent une superficie de 3,8 millions d’hectares. Si le taux de mise en jachère obligatoire était ramené à 0 %, on estime qu’entre 1,6 et 2,9 millions d’hectares pourraient être à nouveau consacrés à la production agricole. Compte tenu des rendements moyens, quelque 10 millions de tonnes de céréales supplémentaires pourraient ainsi être mises sur le marché.

Groupe UMP du Sénat© 2006 Mentions légales | Plan du site | Crédits