Groupe UMP SENAT
Ordre du jour
Lire aussi
Droit au logement opposable : 37 propositions
Offre de soins : comment réduire la facture territoriale ?
Conseil national UMP
Associations de supporters
Agenda
Rechercher
La lettre d'information
Spécificités du Sénat
Nos sénateurs
  Par noms
  Par départements
Europe
  Regards sur l'Europe
  Flash Europe
  Actualités Européennes
International
  Regards sur le monde
  Repères internationaux


Archives
Liens utiles
 
Accueil - Travaux parlementaires - Dossiers

21 propositions pour améliorer les méthodes de travail du Sénat

La mission d’information de la commission des Lois du Sénat, consacrée aux Parlements des pays européens, a présenté mardi 19 septembre son rapport, préparé notamment par Patrice Gélard, sénateur UMP de Seine-Maritime. Le rapport s’inspire de l’organisation et du fonctionnement de treize Parlements nationaux de pays européens afin de poursuivre la réflexion sur les méthodes de travail du Sénat.

A partir des études réalisées dans les Parlements du Luxembourg, de la Belgique, de la Grèce, de l’Espagne, du Portugal, de l’Autriche, de la République Tchèque et de la Slovaquie, les sénateurs ont avancé un certain nombre de propositions. Ils préconisent notamment, de permettre, que la discussion des projets de loi déposés en premier lieu au Sénat porte sur le texte adopté par la commission compétente comme le prévoit déjà le règlement pour les propositions de loi. Le président de la commission des Lois, Jean-Jacques Hyest, sénateur UMP de Seine-et-Marne, a d’ailleurs présenté cette proposition lors de son audition par la commission de réflexion sur la réforme des institutions, le 12 septembre dernier.

Les rapporteurs, ont approfondi les quinze propositions énoncées en 2006 et les ont complétées par cinq nouvelles propositions tendant à moderniser le fonctionnement du Sénat. Certaines de ces propositions impliqueraient non seulement une réforme du règlement, mais aussi une révision de la Constitution.

I.- La confirmation des quinze propositions énoncées en 2006

A. Sur la procédure législative

-  1- Organiser le calendrier législatif au moins deux mois à l’avance ;
-  2- Organiser un débat d’orientation en séance publique sur les textes ;
-  3- Limiter le nombre de textes pouvant faire l’objet d’une déclaration d’urgence ;
-  4- Attribuer aux commissions permanentes, la possibilité d’adopter des textes de loi, sur des questions ponctuelles ou techniques ;
-  5- Prévoir deux temps d’examen du projet ou de la proposition de loi en commission : un examen général puis un examen détaillé des propositions du rapporteur (expérimenté par la commission des Lois) ;
-  6- Permettre que la discussion des projets de loi déposés en premier lieu au Sénat porte, sous certaines conditions, sur le texte adopté par la commission compétente ;

B. Sur les droits de la minorité

-  7- Attribuer une partie de l’ordre du jour réservé aux groupes de la minorité (proposition mise en œuvre en 2007) ;
-  8- Permettre aux groupes de la minorité de présenter une contribution dans le rapport de la commission ;
-  9- Attribuer alternativement la présidence et la fonction de rapporteur des commissions d’enquête ou des missions d’information à la majorité et à la minorité (depuis deux ans la commission des Lois a choisi de faire piloter ses missions d’information par des co-rapporteurs issus de la majorité et de l’opposition travaillant à parité) ;

C. Sur le contrôle de l’action du gouvernement

-  10- Instituer un droit d’interpellation en séance publique pour mettre en cause les dysfonctionnements des services placés sous l’autorité du gouvernement ou des autorités administratives indépendantes ;
-  11- Dynamiser la procédure des questions au gouvernement en permettant aux orateurs d’exercer un droit de réplique ;
-  12- Renforcer les pouvoirs d’investigation des commissions permanentes ;

D. Sur le suivi des affaires européennes

-  13- Dénommer la délégation pour l’Union européenne « comité pour l’Union européenne » ;
-  14- Fixer un délai, éventuellement reconductible, pour l’examen par la commission compétente de la résolution présentée par la délégation ;
-  15- Consacrer et étendre le principe de la réserve d’examen parlementaire (obligation pour le gouvernement de connaître la position du parlement avant de prendre position sur un projet d’acte communautaire) ;

II. Les six nouvelles propositions

-  16- Permettre l’adoption de résolutions sur les questions ne relevant pas de l’activité normative (Autriche, Belgique, Espagne, Finlande, Italie, Luxembourg, Pologne, Portugal, République tchèque) ;
-  17- Attribuer aux rapporteurs des missions d’information des pouvoirs de contrôle sur pièces et sur place ;
-  18- Désigner au sein de chaque commission permanente deux membres de la délégation pour l’Union européenne appartenant respectivement à la majorité et à l’opposition, chargés du suivi des projets de l’Union européenne relevant des compétences de la commission (Belgique, Luxembourg) ;
-  19- Institutionnaliser un point mensuel sur les questions européennes au sein des commissions permanentes (Belgique, Luxembourg) ;
-  20- Associer aux travaux des commissions permanentes les parlementaires européens chargés des matières relevant de leurs compétences (Belgique, Luxembourg) ;
-  21- Développer l’utilisation des nouvelles technologies en séance publique, en permettant aux sénateurs d’utiliser à leur place dans l’hémicycle un ordinateur (Espagne, Luxembourg).


-  Consulter le rapport d’information
Groupe UMP du Sénat© 2006 Mentions légales | Plan du site | Crédits