Groupe UMP SENAT
Ordre du jour
Lire aussi
Vers un taux de jachère obligatoire de 0%
Monopole sur les jeux d’argent : la France joue gros
La hausse des cours des matières premières agricoles
Eurobaromètre : les Européens souhaitent une amélioration de la mobilité
Agenda
Rechercher
La lettre d'information
Spécificités du Sénat
Nos sénateurs
  Par noms
  Par départements
Europe
  Regards sur l'Europe
  Flash Europe
  Actualités Européennes
International
  Regards sur le monde
  Repères internationaux


Archives
Liens utiles
 
Accueil - Europe - Flash Europe
Juillet 2007

Disparités des salaires entre les hommes et les femmes

Dans l’Union européenne, les femmes gagnent en moyenne 15 % de moins que les hommes. Fort de ce constat, la Commission européenne a publié un rapport le 18 juillet qui propose des solutions permettant à l’Union européenne de combler cet écart.

Une inégalité persistante

Présentant la communication de la Commission intitulée « Combattre l’écart de rémunération entre les femmes et les hommes », Vladimir Spidla, commissaire européen à l’Emploi, aux Affaires sociales et à l’égalité des chances, a déclaré : « Les filles obtiennent de meilleures notes que les garçons à l’école et les femmes sont plus nombreuses que les hommes à entrer dans le monde du travail avec un diplôme universitaire en poche, mais un écart salarial de 15 % persiste. Cette situation absurde doit changer ».

L’écart salarial entre hommes et femmes reflète les discriminations et les inégalités qui caractérisent le marché du travail et dont les femmes sont victimes. Les femmes représentent ainsi 59 % des diplômés de l’enseignement supérieur dans l’Union européenne, mais elles n’accèdent pas encore aux positions les plus favorables du système économique. En effet, les femmes sont toujours moins nombreuses que les hommes à occuper des postes de direction.

Les statistiques montrent que l’écart salarial se creuse avec l’âge, le niveau d’études et les années de service : les différences de salaire dépassent 30 % dans la tranche d’âge des 50 à 59 ans mais n’atteignent que 7 % chez les moins de 30 ans ; elles excèdent 30 % chez les diplômés de l’enseignement supérieur, contre 13 % chez les travailleurs ayant achevé le cycle inférieur de l’enseignement secondaire ... De plus, il a été constaté que, les pays où une proportion notable de femmes travaillent à temps partiel (Allemagne, Royaume-Uni, Pays-Bas, Autriche, Suède) affichent généralement un écart de rémunération plus important.

Pourtant dans la plupart des États membres où le taux d’activité des femmes est peu élevé (Malte, Italie, Grèce, Pologne), l’écart de rémunération est inférieur à la moyenne, ce qui est la conséquence d’une faible proportion de femmes peu qualifiées ou non qualifiées dans la population active.

Lutter contre l’inégalité salariale

La Commission européenne a identifié quatre domaines d’intervention pour résoudre cette situation inégalitaire.

-  mieux appliquer la législation existante (par une analyse des possibilités d’adaptation des législations actuelles et par des actions de sensibilisation) ;
-  lutter contre l’écart salarial dans le contexte des politiques de l’emploi des États membres (grâce à l’aide financière européenne sous toutes ses formes, dont le Fonds social européen) ;
-  promouvoir l’égalité salariale auprès des employeurs en faisant appel, essentiellement, à la responsabilité sociale de ces derniers ;
-  soutenir l’échange des bonnes pratiques au niveau communautaire et associer les partenaires sociaux.

L’année 2007 a été choisie pour être l’Année européenne de l’égalité des chances pour tous, initiative qui vise à mieux informer les citoyens communautaires de leurs droits à l’égalité de traitement et à lancer un grand débat sur le thème des avantages de la diversité.

L’élimination de l’écart salarial entre hommes et femmes a toujours été l’une des grandes préoccupations mises en avant dans la « feuille de route pour l’égalité entre les femmes et les hommes » (2006-2010).

Groupe UMP du Sénat© 2006 Mentions légales | Plan du site | Crédits