Groupe UMP SENAT
Ordre du jour
Lire aussi
Ne laissons pas faire les ingénieurs du déclin
Services publics : halte au double langage
Agenda
Rechercher
La lettre d'information
Spécificités du Sénat
Nos sénateurs
  Par noms
  Par départements
Europe
  Regards sur l'Europe
  Flash Europe
  Actualités Européennes
International
  Regards sur le monde
  Repères internationaux


Archives
Liens utiles
 
Accueil - Publications - Articles - Rohan (de) Josselin

Ne laissons pas faire les ingénieurs du déclin

Par Josselin de Rohan, sénateur du Morbihan, président du Groupe UMP au Sénat
Le Figaro, vendredi 2 juin 2006
Le CPE, l’affaire Clearstream ont mis la majorité à rude épreuve. Le doute, les passions contraires, les ressentiments qui se font jour en son sein risquent d’ébranler sérieusement l’édifice. Les fissures d’aujourd’hui annoncent les fractures de demain. Ala veille d’affronter des échéances capitales pour l’avenir du pays, il n’est que temps de mettre un terme au déballage des états d’âme, aux fausses confidences ou aux petites phrases venimeuses qui affectent profondément notre unité et notre dignité. La retenue, en l’occurrence, est une exigence de raison.

L’effarant « programme » socialiste dont nous avons eu connaissance est là pour nous rappeler aux réalités. On nous dira qu’il ne s’agit que d’une simple ébauche, mais comment perfectionner un ouvrage qui repose sur des principes extravagants et pernicieux ? L’Europe et ses contraintes est ignorée, l’endettement de la France escamoté, la dérive des dépenses publiques programmée, ainsi que sa contrepartie : l’accroissement massif de la fiscalité ; les termes de compétitivité ou de flexibilité sont bannis du vocabulaire. Mieux, il est question de généraliser les 35 heures à l’ensemble des entreprises alors que leurs funestes conséquences pèsent encore sur notre économie.

Le plein emploi sera assuré grâce à l’emploi public financé par le contribuable. L’immigration, les retraites, l’équilibre de la sécurité sociale ne constituant pas un problème, toutes les lois votées pendant la précédente législature pour remédier à leur dysfonctionnement seront abolies. EDF sera renationalisé comme, sans doute, le nouveau complexe GDF-SUEZ s’il voyait le jour. Besancenot ne ferait pas mieux. Aussi sommes-nous avertis et, avec nous, tous ceux qui, au sein de la société civile, dans le domaine économique et social, exercent une responsabilité. Ce qu’on nous prépare, c’est le grand bond en arrière, l’isolement de la France en Europe et dans le monde, la relégation de la France dans le camp des nations larguées. Il importe avant tout, aujourd’hui, de barrer la route aux ingénieurs du déclin français que sont les socialistes et leurs alliés.

Notre devoir est de faire prendre conscience à nos compatriotes des dangers qui les menacent et de mobiliser tous ceux qui tiennent à l’avenir de leur pays pour s’opposer à une errance funeste. Nous n’y parviendrons pas si, au lieu d’utiliser notre énergie pour lutter contre nos adversaires, nous nous perdons en vaines polémiques et en querelles claniques qui dissuaderont, pour longtemps, les électeurs de nous faire confiance.
Groupe UMP du Sénat© 2006 Mentions légales | Plan du site | Crédits