Groupe UMP SENAT
Ordre du jour
Lire aussi
André Ferrand - Le sommet France-Afrique
Yves Fréville - Alcatel-Lucent
Agenda
Rechercher
La lettre d'information
Spécificités du Sénat
Nos sénateurs
  Par noms
  Par départements
Europe
  Regards sur l'Europe
  Flash Europe
  Actualités Européennes
International
  Regards sur le monde
  Repères internationaux


Archives
Liens utiles
 
Accueil - Archives - Questions d’actualité - Session 2006 - 2007 - Jeudi 22 février 2007
Question d’actualité de Françoise Henneron - Sénateur du Pas-de-Calais

Françoise Henneron - Le plan hôpital 2012

Françoise Henneron, Sénateur du Pas-de-Calais :

Ma question s’adresse à M. Xavier Bertrand, ministre de la santé et des solidarités.

Monsieur le ministre, vous avez présenté, le 13 février dernier, le plan Hôpital 2012, qui va prendre cette année le relais du plan Hôpital 2007, lequel a permis d’accroître de près d’un tiers les investissements dans le secteur hospitalier.

Si nos hôpitaux et notre système de soins figurent parmi les plus performants et les plus accessibles au monde, cela ne signifie évidemment pas que tout est parfait et qu’il ne faut pas moderniser davantage encore notre secteur hospitalier.

Je pense, par exemple, à la nécessaire amélioration des conditions de travail des personnels soignants, dont je tiens à saluer le travail admirable et souvent très difficile.

Nous pourrions aussi évoquer la nécessité d’améliorer la qualité de notre parc hospitalier. Je tiens à rappeler que, par exemple, 13 % de ce parc ne sont pas conformes à la réglementation en matière d’incendie.

Le plan Hôpital 2012 s’inscrit dans la continuité de l’action engagée puisque vous avez annoncé, monsieur le ministre, qu’il serait doté de 5 milliards d’euros d’aides aux investissements,avec un effet levier escompté de 10 milliards d’euros, soit un montant identique à celui des investissements consentis de 2002 à 2007, alors même que la réduction du déficit de l’assurance maladie atteint 5 milliards d’euros en deux ans grâce à la réforme d’août 2004.

Nous ne pouvons que nous féliciter de l’effort que vos prédécesseurs et vous-même avez engagé afin de rendre notre système de santé à la fois moins déficitaire et plus performant.

Monsieur le ministre, pouvez-vous nous indiquer dans le détail selon quels axes prioritaires seront répartis les investissements ?

Par ailleurs - et cela me semble très important -, les futurs investissements tiendront-ils compte des schémas régionaux d’organisation sanitaire, afin d’éviter tout gaspillage, par exemple au travers d’investissements massifs dans des infrastructures qui seraient appelées à disparaître dans les prochaines années ?

La réponse de Xavier Bertrand, ministre de la santé et des solidarités :

Madame le sénateur, la modernisation de nos hôpitaux a fait un pas en avant important ces cinq dernières années, grâce notamment au plan Hôpital 2007, voulu par le Président de la République, lancé par Jean-François Mattei et dont la mise en oeuvre a été poursuivie, en particulier, par Philippe Douste-Blazy.

Ce plan, mesdames, messieurs les sénateurs, vous l’avez voulu, vous l’avez voté et vous l’avez financé : soyez-en remerciés les uns et les autres. Il nous a permis de réaliser 932 opérations, ce qui signifie que, sur tout le territoire, nos hôpitaux ont changé de visage.

Cependant, il nous faut continuer dans cette voie, car la modernisation de l’hôpital doit absolument se poursuivre.

Voilà pourquoi, dès cette année, nous avons décidé, à la demande des acteurs hospitaliers, de mettre en place le plan Hôpital 2012. Il reposera sur un financement de 5 milliards d’euros apportés par l’assurance maladie, 2 milliards d’euros étant mobilisés grâce à des crédits à taux préférentiel ouverts par la Caisse des dépôts et consignations. Thierry Breton et moi-même présenterons les modalités précises de cette opération qui fait l’originalité du plan Hôpital 2012.

Je voudrais souligner que nos priorités sont les suivantes.

Il convient d’abord de mettre à niveau tous nos services d’urgence,car cinquante d’entre eux ne sont pas encore à la hauteur des attentes des patients et des soignants de notre pays. C’est une priorité, tout comme la mise aux normes que vous avez évoquée, madame le sénateur.

Nous devrons ensuite relever le défi de l’informatisation. À cet égard, ce n’est pas la prouesse technologique qui nous intéresse ; il s’agit tout simplement de permettre au patient de disposer de son dossier médical le plus rapidement possible et de faciliter le travail des soignants.

Une autre préoccupation est d’améliorer les conditions de travail des personnels soignants. Sur ce point, c’est la question de la climatisation ou du rafraîchissement des hôpitaux qui est posée, de même que celle de la mise en place de crèches dans les hôpitaux, pour permettre au personnel soignant de faire garder ses enfants sur le lieu de travail.

Par ailleurs, de nouvelles conditions d’accueil doivent être offertes aux familles et aux patients. Quand un enfant est soigné en pédiatrie ou en cancérologie pédiatrique, en particulier, il faut faire en sorte que ses parents puissent dormir sur place et rester ainsi à ses côtés.

C’est là un changement considérable. M. le Premier ministre a souhaité que l’hôpital soit davantage tourné vers les soignants et les patients : c’est dans cet esprit que nous travaillons. La modernisation de l’hôpital n’attend pas, elle se poursuivra grâce à vous !

Groupe UMP du Sénat© 2006 Mentions légales | Plan du site | Crédits