Groupe UMP SENAT
Ordre du jour
Lire aussi
Lucette Michaux-Chevry - Traitement des déchets en Guadeloupe
Jean-Claude Carle - Les gens du voyage
2- Gérard César - Plan emploi seniors
Agenda
Rechercher
La lettre d'information
Spécificités du Sénat
Nos sénateurs
  Par noms
  Par départements
Europe
  Regards sur l'Europe
  Flash Europe
  Actualités Européennes
International
  Regards sur le monde
  Repères internationaux


Archives
Liens utiles
 
Accueil - Archives - Questions d’actualité - Session 2005 - 2006 - Jeudi 8 juin 2006
Question de Josselin de Rohan - Sénateur du Morbihan

Josselin de Rohan - Organisation de technival

Josselin de Rohan :

Après le Cher, le Morbihan ! Nous sommes avertis qu’une rave party géante se tiendra dans les prochains jours, dans notre département, qui rassemblera au moins 50 000 participants.

Le préfet du Morbihan a été chargé de trouver un site pour accueillir le technival.

Le préfet a orienté ses recherches vers les communes du centre du Morbihan.

Je voudrais me faire l’écho de l’émotion et de l’inquiétude des élus et des agriculteurs des cantons sur le territoire desquels le technival pourrait se dérouler.

Ces rassemblements, par leur ampleur, comme on l’a vu dans le Cher, occasionnent des dégâts considérables sur les territoires agricoles et affectent aussi bien les cultures que les cheptels.

Pour les riverains, les nuisances sonores sont très perturbantes ; de même que les déchets, résidus de ces manifestations.

Ces rassemblements, que les élus locaux sont dans l’incapacité de contrôler,donnent lieu à des débordements et à des violences, car ce sont des supermarchés de la drogue et de l’alcool qui mettent en danger la santé des participants.

Si les pouvoirs publics considèrent que des rave parties encadrées sont un moindre mal par rapport aux rave parties sauvages, pouvez-vous, monsieur le ministre, nous donner l’assurance que le technival ne sera en aucune mesure organisé sur des terrains agricoles, sur des sites protégés, ou en bordure des agglomérations ?

Par ailleurs, compte tenu de tous les désordres et dangers occasionnés par ces technivals, que ce soit sur des terrains privés ou même sur des terrains publics, se pose la question de savoir s’il faut réellement autoriser ou légaliser ces très inquiétants rassemblements qui troublent l’ordre public.

Soit dit entre nous, mes chers collègues, qui parmi vous serait heureux de voir ses enfants ou petits-enfants participer à de telles réunions ?

La réponse de Brice Hortefeux, ministre délégué aux collectivités territoriales

Monsieur de Rohan, vous relayez avec beaucoup de conviction une préoccupation qui est naturellement largement partagée par la population concernée, par les élus locaux et par les agriculteurs.

J’ai cru comprendre que, comme moi, vous ne fréquentiez pas régulièrement les rassemblements de type « technival ». Je ne vous le reproche pas !

Quoi qu’il en soit, ni vous ni moi ne pouvons nier une réalité : aujourd’hui, 300 000 jeunes adultes sont intéressés et mobilisés par ce type de rassemblement.

Fallait-il nier la réalité de ce phénomène ? Fallait-il cultiver l’illusion ?

Bref, fallait-il, comme auparavant, laisser l’État se désintéresser, ne pas assumer ses responsabilités et abandonner aux élus locaux la gestion de cette question ? Selon moi, ce n’est pas la bonne solution. C’est pourquoi le Gouvernement s’est saisi du dossier. Un dialogue a été engagé avec des responsables, qui ne sont d’ailleurs pas faciles à trouver.

MM. Pointereau et Vinçon le savent bien, eux qui ont accueilli le 1er mai dernier 80 000 jeunes adultes lors du technival qui s’est déroulé dans le département du Cher.

Aujourd’hui, des mesures relatives à l’organisation de telles manifestations sont prises. Dans chaque département concerné, des médiateurs étudient le dossier et préconisent les mesures adéquates pour que l’État assume ses responsabilités.

Monsieur le sénateur, vous avez raison de soulever un second problème : où organiser les technivals ?

Lorsque des terrains domaniaux sont disponibles, il faut naturellement les utiliser autant que faire se peut. Je pense en premier lieu aux terrains militaires.

Pour répondre concrètement à la question que vous m’avez posée, monsieur de Rohan, le prochain technival qui se tiendra à la fin de ce mois dans le département du Morbihan sera organisé sur une partie de l’aérodrome de Vannes-Meucon, un ancien terrain militaire très bien adapté.

L’État s’engage à préserver les lieux, à indemniser si cela s’avère nécessaire et à assurer une réelle remise en état.

Soyez également certain que le Gouvernement est totalement déterminé à préserver l’intégrité du site et des infrastructures et à sécuriser les abords du terrain et la ville de Vannes.

Si certains ont d’autres idées, qu’ils n’hésitent pas à nous les communiquer, mais, pour le moment, on entend trop de « Yaka » et de « Faucon ». Soyons lucides et sérieux !

Groupe UMP du Sénat© 2006 Mentions légales | Plan du site | Crédits