Groupe UMP SENAT
Ordre du jour
Lire aussi
Adeline Gousseau - Déficit 2006 du budget de l’Etat
Jean-Luc Miraux - Les réformes pédagogiques
Robert del Picchia - Situation au Liban
Agenda
Rechercher
La lettre d'information
Spécificités du Sénat
Nos sénateurs
  Par noms
  Par départements
Europe
  Regards sur l'Europe
  Flash Europe
  Actualités Européennes
International
  Regards sur le monde
  Repères internationaux


Archives
Liens utiles
 
Accueil - Archives - Questions d’actualité - Session 2006 - 2007 - Jeudi 25 janvier 2007
Question de René Beaumont - Sénateur de la Saône-et-Loire

René Beaumont - Action internationale en faveur de l’environnement

René Beaumont :

Ma question s’adresse à Mme la ministre déléguée à la coopération, au développement et à la francophonie.

« Notre maison brûle et nous regardons ailleurs. »

Cette phrase, très condensée et hautement symbolique, fut prononcée par le Président de la République en ouverture de son vigoureux plaidoyer en faveur du protocole de Kyoto pour la réduction de la production des gaz à effet de serre, à Johannesburg, en 2002, et devait résonner comme un véritable signal d’alarme adressé à l’ensemble des peuples de la terre.

Pour avoir participé à la conférence de Johannesburg en tant qu’invité de la délégation qui accompagnait le Président de la République, je puis affirmer que ce fut un grand moment d’émotion et de prise de conscience pour tous les représentants du monde qui se trouvaient ainsi réunis.

Dès lors, sous l’impulsion du Président de la République et grâce à l’action énergique de nos différents gouvernements depuis 2002, en particulier celle de nos ministres de l’écologie et du développement durable, cette priorité annoncée dans les discours est devenue chez nous une réalité.

Je citerai la Charte constitutionnelle de l’environnement, la loi sur les risques technologiques, la promulgation tant attendue de la loi sur la protection des milieux aquatiques et la loi sur les parcs nationaux, textes qui sont venus refonder et renforcer notre droit de l’environnement.

En France, les résultas sont là : nos émissions de gaz à effet de serre diminuent, la qualité de l’air et de l’eau s’améliore, les zones naturelles protégées s’étendent. Mieux, et beaucoup plus encourageant pour l’avenir, l’éducation des jeunes à l’environnement se généralise.

Mais la France et l’Europe ne peuvent à elles seules relever les défis écologiques du monde. Les autres pays développés, je pense en particulier aux États-Unis, et les pays émergents tels que le Brésil, la Chine ou l’Inde ont un rôle essentiel à jouer en la matière.

Si la communauté internationale n’a pas ménagé ses efforts pendant cette période en signant plus de 500 conventions, force est de constater que les résultats attendus ne sont pas là et qu’il y a encore loin de la parole aux actes.

Sous nos yeux s’accumulent les premiers signes évidents d’un réchauffement climatique alarmant. Des espèces animales et végétales disparaissent, semble-t-il, à un rythme sans précédent.

De nouvelles pollutions apparaissent qui portent atteinte à la santé, et parfois à la vie, de milliers de personnes.

Pouvez-vous dire, madame la ministre déléguée, ce que la France entend faire aujourd’hui, sur l’initiative conjointe de son Président de la République et de son gouvernement, pour relancer l’action internationale en faveur de l’environnement et maintenir ainsi notre pays à la tête de ce combat mondial ?

La réponse de Mme Brigitte Girardin, ministre déléguée à la coopération, au développement et à la francophonie.

Monsieur le sénateur, je voudrais tout d’abord vous remercier d’avoir rappelé les nombreuses initiatives prises par la France, sous l’impulsion du Président de la République, en matière de protection de l’environnement.

À la tribune des Nations unies, en septembre dernier, le Président Chirac évoquait le risque d’un « lent suicide collectif » si nous ne parvenions pas à faire émerger une prise de conscience, individuelle et collective, sur les enjeux de l’environnement.

Il est vrai que la communauté internationale n’a pas été complètement inactive, avec plus de 500 conventions signées, dix-huit agences, des programmes, et notamment le programme des Nations unies pour l’environnement. Mais il est vrai aussi qu’il est plus que jamais nécessaire de franchir une nouvelle étape.

La France veut avoir une politique à la fois nationale et internationale exemplaire.

Sur le plan national, vous l’avez rappelé, notre pays est le premier à avoir inclus dans sa Constitution une charte de l’environnement.

Sur le plan international, nous sommes très actifs, comme en témoigne l’initiative qu’a prise le Président Chirac de réunir les 2 et 3 février prochain la conférence pour une nouvelle gouvernance écologique mondiale en vue de mobiliser la communauté internationale en faveur de la création de cette ONU pour l’environnement que nous appelons de nos voeux.

À cette conférence participeront de nombreux États puisqu’elle réunira tous les pays de l’Union européenne et plus d’une vingtaine de pays, notamment du Sud.

Je crois donc que le moment est venu pour que soit franchie une étape décisive dans la prise de conscience globale, nécessaire pour que chacun se sente citoyen de la terre et pour que tous les acteurs concernés, c’est-à-dire non seulement les États mais aussi les entreprises et les ONG, s’impliquent afin de préserver l’environnement dans toutes ses composantes, qu’il s’agisse de l’eau, du climat ou de la biodiversité.

Nous devons faire tout notre possible pour mobiliser la communauté internationale, pour imaginer de nouveaux modes de production et de consommation respectueux de l’environnement et qui ne compromettent pas l’avenir des générations futures.

Vous pouvez être assurés, mesdames, messieurs les sénateurs, que, dans les prochains jours et dans les prochaines semaines, la France continuera, avec détermination et énergie, le combat pour cette nouvelle gouvernance écologique mondiale.

Groupe UMP du Sénat© 2006 Mentions légales | Plan du site | Crédits