Groupe UMP SENAT
Ordre du jour
Lire aussi
Joël Billard - Pôles d’excellence rurale
Jean-Pierre Fourcade - Violences dans les stades
Gérard Longuet - Dérégulation des marchés de l’électricité et du gaz
Agenda
Rechercher
La lettre d'information
Spécificités du Sénat
Nos sénateurs
  Par noms
  Par départements
Europe
  Regards sur l'Europe
  Flash Europe
  Actualités Européennes
International
  Regards sur le monde
  Repères internationaux


Archives
Liens utiles
 
Accueil - Archives - Questions d’actualité - Session 2006 - 2007 - Jeudi 14 décembre 2006
Question de Jean-Pierre Cantegrit - Sénateur des Français établis hors de France

Jean-Pierre Cantegrit - Situation au centrafrique

Jean-Pierre Cantegrit :

Monsieur le président, mesdames, messieurs les ministres, mes chers collègues, ma question s’adresse à Mme la ministre de la défense et porte sur la politique de la France en Afrique, plus particulièrement en Afrique centrale.

La République centrafricaine et la République tchadienne sont l’objet d’incursions de bandes armées en provenance du Soudan, tendant à déstabiliser ces pays.

La France a signé des accords de défense avec la République centrafricaine et de coopération militaire avec le Tchad. Très récemment, les forces militaires françaises ont dû intervenir, dans le cadre de ces accords, pour préserver l’intégrité territoriale de ces pays.

L’origine du conflit semble due, pour la plus grande part, à l’instabilité qui règne au Soudan et à l’attitude du régime du président soudanais. En effet, Omar Al-Bachir ne contrôlant pas son territoire, il cherche à desserrer la pression internationale en tentant de déstabiliser ses voisins. N’oublions pas que ce pays a accueilli, en son temps, Oussama ben Laden !

Ainsi, l’intervention des forces aériennes françaises a aidé le Tchad à retrouver une certaine stabilité ; il en est de même pour la République centrafricaine, où les forces françaises ont aidé les Forces armées centrafricaines, les FACA, et la Force multinationale en Centrafrique, la FOMUC, à chasser les bandes armées qui occupaient une partie du territoire de ce pays et qui étaient équipées, pour partie, m’a-t-on dit, d’armes chinoises.

La question est de savoir si la France fait face aux engagements qui sont les siens, alors qu’elle est observée par de grands pays amis comme le Gabon, le Cameroun, le Togo et le Sénégal, notamment, avec lesquels des accords de défense et de coopération militaire semblables ont été signés. Assumons-nous nos responsabilités ? Sommes-nous là pour protéger le millier de Français qui résident en Centrafrique, les 1 200 Français qui demeurent au Tchad, ou bien, allons-nous, sous la pression d’une partie de la presse française, toujours là pour culpabiliser notre pays, laisser la place à d’autres ?

J’en arrive à ma seconde question. Nous entretenons, avec la Chine continentale, des liens anciens, établis sur l’initiative du général de Gaulle. Une coopération économique, fructueuse pour les deux pays, semble s’engager.

Mais devons-nous laisser la place que nous occupons en Afrique à la Chine, qui n’a qu’un intérêt, celui d’obtenir des matières premières et qui, elle, ne donne pas de leçons de morale ?

J’aimerais connaître la position de la France face à cette évolution qui intéresse nos compatriotes français de l’étranger et le groupe France-Afrique centrale, que je préside.

La réponse de Michèle Alliot-Marie, ministre de la défense.

Monsieur le président, mesdames, messieurs les sénateurs, oui ! la France assume et assumera ses responsabilités de protection à l’égard de ses ressortissants comme des ressortissants étrangers à ces pays !

Oui ! la France met en oeuvre les obligations qu’elle a contractées en signant des accords de défense ou de coopération avec différents pays africains.

Oui ! la France assume ses responsabilités liées à son statut de membre permanent de l’ONU, qui l’oblige à être en première ligne pour la mise en oeuvre des résolutions de cette institution.

Oui ! la France assume aussi ses responsabilités, dans un cadre européen, en devenant l’incitateur d’une politique européenne tendant à aider les pays africains, tout particulièrement l’Union africaine, de façon qu’ils aient les moyens, y compris militaires, de mettre en oeuvre des actions de stabilisation et de paix.

Nous avons agi ainsi avec succès, voilà peu de temps, au Cameroun. Il en fut de même en République centrafricaine, comme vous venez de le rappeler, monsieur Cantegrit. Je tiens, d’ailleurs, à souligner que les forces armées centrafricaines ont repris la totalité des positions qu’elles occupaient dans les différents villages.

Nous avons également apporté un soutien, uniquement logistique, aux forces tchadiennes, dans le cadre de nos accords de coopération.

Nous sommes aussi intervenus, avec d’autres pays européens, en République démocratique du Congo, dans le cadre de la défense européenne, pour permettre la tenue des élections dans les meilleures conditions possibles.

En Côte d’Ivoire, nous sommes présents à la demande de l’ONU, en soutien des forces de cette institution. Vous le constatez, mesdames, messieurs les sénateurs, oui ! la France assume ses responsabilités et continuera à le faire.

Monsieur Cantegrit, vous avez évoqué la Chine qui, effectivement, est un nouvel intervenant sur le continent africain. Elle est le deuxième partenaire commercial de l’Afrique, après la France. Que fait la Chine en Afrique ? Elle va y chercher des ressources dont elle a besoin pour son développement et dont elle ne dispose pas sur son territoire, qu’il s’agisse de pétrole ou de différents minerais. Elle recherche également des débouchés pour ses activités. Elle veut également avoir une influence politique.

Qu’un grand pays contribue au développement de l’Afrique, qui en a besoin, ne nous dérange pas, à condition que cette intervention se fasse en toute transparence, afin d’encourager le développement et la démocratie.

Nous attirons l’attention de la Chine sur le fait que, trop souvent, des armes chinoises sont en cause, et ce, indépendamment de tout embargo.

Finalement, nous voulons aussi assumer notre responsabilité vis-à-vis de ce grand continent, en associant le plus grand nombre de pays pour répondre à l’ambition consistant à faire en sorte que la paix et le développement économique permettent aux Africains d’avoir de véritables perspectives d’avenir.

Cette vision est conforme à notre éthique et à la politique que la France a toujours menée à l’égard de l’Afrique.

Groupe UMP du Sénat© 2006 Mentions légales | Plan du site | Crédits